Votre bien immobilier est sur le marché depuis des mois déjà, et aucune offre à l’horizon ? Souvent quand on vend, on a des impératifs de temps. Alors pour réussir à vendre au plus vite votre logement, on vous dévoile 3 conseils pratiques, à appliquer de suite.

N°1 – Identifiez le « pourquoi »

Et oui, avant de vous lancer dans la résolution du problème, vous devez connaître sa cause. Il peut y avoir énormément de raisons pour qu’une vente ne se fasse pas. Ça peut venir du fait que :

  • Votre prix de vente est supérieur à la moyenne du marché,
  • Votre maison comporte des défauts majeurs (nuisances sonores, travaux d’ampleur à réaliser…), ou est trop atypique. Ça ne rassure pas les acheteurs,
  • Vous n’avez pas assez rendu votre annonce immobilière visible,
  • Vous avez du mal à convaincre pendant les visites.

Prenons un exemple :

Type de bien Maison
Prix de vente affiché 500 000 €
Surface habitable 100 m²
Superficie du terrain 1 000 m²
Emplacement Idéal, au calme et proche de Paris

 

Sur le papier, cette offre fait rêver. Le prix est convenable pour la moyenne du marché dans le secteur. Par contre, si cette maison comporte des défauts d’agencement, de gros travaux à réaliser, ou des volumes mal proportionnés, ça peut tout bonnement repousser l’acheteur potentiel.

A garder en tête

Si vous obtenez peu de visites, le problème doit venir de votre prix de vente, ou encore de la façon dont vous avez rédigé l’annonce. Au contraire, si vous accueillez pas mal de visites sans obtenir d’offre, il y a sans doute un souci au niveau de l’agencement, de la mise en valeur de votre intérieur, ou encore de la façon dont vous gérez les visites.

N°2 – Acceptez de revoir vos exigences à la baisse

Vous aimez votre logement, vous y avez vécu, et il fait partie de votre histoire. Dans ce contexte, c’est parfois compliqué d’ouvrir les yeux sur les défauts du logement en question. On a tendance à vouloir le mettre en vente cher, de minimiser ses imperfections. Pourtant quand on vend, c’est loin d’être la meilleure attitude.

Le risque, c’est de survendre votre logement auprès des acheteurs, qui sont finalement déçus quand ils viennent le découvrir. Du coup, la vente ne se fait pas. Et avec un prix trop élevé en prime, c’est pas gagné.

Alors pour débloquer votre vente, acceptez de revoir vos exigences à la baisse en termes de prix mais aussi de délai de vente etc… Si des travaux sont par exemple à prévoir, il est peut-être temps de baisser votre prix, ou d’accepter d’aller vers des négociations.

Attention, on ne vous dit pas d’accepter n’importe quelle proposition de prix. Ayez seulement en tête les exigences minimum en-dessous desquelles vous ne comptez pas descendre.

Pour vous aider dans votre démarche, ça peut être judicieux de solliciter une agence immobilière. Elle estime au plus juste votre logement. Elle prend en compte ses qualités mais aussi ses défauts, en toute objectivité.

N°3 – Investissez-vous au maximum

Parfois, une vente longue peut aussi venir d’un manque d’investissement, ou tout simplement de temps. Et oui : pour convaincre un acheteur, il faut prendre le temps :

  • De rédiger une annonce pertinente, et de la partager autour de vous
  • De répondre aux demandes mail / téléphone des acheteurs potentiels intéressés
  • D’organiser régulièrement des visites
  • De vous rendre disponible pour vos obligations de vendeur, comme la réalisation des diagnostics énergétiques, etc…

Vous pensez manquer de temps ? Alors faites appel aux membres de votre famille ou même à des amis de confiance pour vous épauler. Ils peuvent se rendre disponible pour répondre aux sollicitations des acquéreurs par exemple.

Mais pour les visites, le mieux reste quand même d’être présent vous-même : ça rassure les acquéreurs potentiels. En plus, qui mieux que vous peut décrire votre habitation en détails ?

 

Grâce à ces conseils, plus besoin de vous angoisser pour la vente de votre logement. Il vous suffit d’identifier les raisons retardant votre vente, et de réagir en fonction. Ensuite, un peu d’investissement, l’aide d’une agence et une remise en question peuvent être nécessaires. Mais ça en vaut la peine, non ?